Cas de corps étrangers des cavités nasales

 

Cas 1: Rhéa, chienne Fila Brasileiro de 4 ans: 


Rhéa (66kg) est référée pour l’exploration d’une rhinite associée à une épistaxis droite chronique évoluant depuis 3 mois. Après avoir séjourné dans une pension à la campagne durant une semaine, la chienne a présenté un épisode de jetage séreux ayant évolué vers un écoulement purulent, puis une épistaxis droite un mois plus tard. Divers traitements symptomatiques (Hémoced, Exacyl, AINS, AIS) n’ont permis que des améliorations transitoires.

Examen clinique :

Il est rendu difficile par l’agressivité de l’animal. Bon état général, muqueuses rosées, auscultation normale, température de 38.4°C et absence de lésion ulcérative ou croûtelleuse de la truffe.

Examens complémentaires:

Un scanner des cavités nasales réalisé 3 semaines avant la consultation de référé évoque en 1ère hypothèse une atteinte inflammatoire focale non agressive. Etiologies envisagées: rhinite hyperplasique inflammatoire / infectieuse / auto-immune, infiltration éosinophilique ou lymphoplasmocytaire, malformation vasculaire de type angiome…

On observe une atteinte strictement unilatérale droite, rigoureusement limitée à la moitié ventrale du cornet nasal rostral droit qui apparait épaissi, légèrement désorganisé sur 15mm d’épaisseur pour 3cm de longueur entre 5 et 8cm en arrière de la truffe.

Absence de tout argument en faveur d’une rhinite érosive (l’hypothèse d’une atteinte mycosique – aspergillaire en particulier – apparait improbable) ainsi qu’une absence de corps étranger tomodensitométriquement visible. 

 

 

 

Un examen endoscopique des voies respiratoires révèle la présence d’un volumineux épillet de 4cm de long collé à la muqueuse nasale et localisé ventralement et cranialement à la choane droite.

 

 

 

En surface de cet épillet on peut noter, à fort grossissement, une contamination fongique du corps étranger.

 

Traitement :

Après l’extraction du corps étranger, le curetage et l’aspiration de la muqueuse nasale lésée, il est décidé de placer une sonde de Foley dans le nasopharynx et de réaliser un bain de la cavité nasale droite à l’Imavéral dilué. 

L’examen au microscope du corps étranger confirme la présence de larges colonies d’hyphes septées et branchées, de 3 à 5 microns de diamètre, formant des mycéliums caractéristiques du Genre Aspergillus.

Un traitement d’une semaine de Xeden et de 4 jours de Métacam a permi la guérison complète de Rhéa puisqu’aucune récidive des signes cliniques n’a été observée avec un suivi sur 3 ans.